Victor-Stanislas Lépine (Caen 1835 – Paris 1892)
Église dans la plaine de Caen II, vers 1872

Victor-Stanislas Lépine vécut principalement à Paris dans le quartier de Montmartre, mais c’est en Normandie, sa région d’origine, qu’il passe ses vacances. Là, outre les tableaux plus particulièrement soignés car destinés aux Salons, Lépine exécute aussi des esquisses, projets généralement de petites dimensions, d’une facture libre et spontanée. Au xixe siècle, les esquisses sont réalisées le plus souvent d’après nature, et pour elles-mêmes. Ces trois esquisses, qualifiées parfois de « pochades », témoignent d’une grande maîtrise d’exécution, tant dans le dessin que dans la couleur. Les harmonies grises et humides sont baignées de lumière ivoirée. Sans recherche d’effets flattant l’œil, le peintre suggère ici la paix des campagnes. L’observation simple et profonde de la nature témoigne de l’influence de Corot dont Lépine fut l’élève.

 
Imprimer